Au département du Personnel

L’administration de la Ville, c’est avant tout son personnel qui présente à tous les niveaux une multitude de compétences et de talents divers. Hormis le personnel enseignant, nous comptons 4.300 collaborateurs qui encadrent l’ensemble des services que les citoyens sont en droit d’attendre de leur administration.

La vie professionnelle et le bien-être de nos ouvriers et nos employés sont des priorités dans nos principes de gestion. Cela passe par les acquis sociaux qu’il faut continuer à valoriser et à améliorer, par les formations régulières, par la possibilité de mobilité, par des interventions diverses qui sont orchestrées par notre asbl sociale Sobru, par une mise à jour des statuts, par la nomination qui devient désormais automatique,… La Ville de Bruxelles, c’est aussi une identification, une appartenance qui se vérifie lors d’événements rassembleurs comme le bal du personnel, la Saint-Nicolas, la mise à l’honneur de notre personnel féminin lors de la Journée de la Femme et bien d’autres événements rassembleurs qui se déroulent sur le terrain comme Bruxelles les Bains.

  • Continuez à voir Bruxelles en grand!

Aux Finances

Impossible ne pas donner au moins un chiffre lorsqu’on évoque un budget et celui de la Ville s’élève à près d’1 milliard d’euros. Nos finances sont saines ! Chaque année des sommes considérables sont allouées à l’enseignement, l’accueil de la petite enfance, la culture, le sport, mais aussi aux espaces verts, la voirie ou les contrats de quartier. Grâce à ces investissements, c’est tout un chacun – qu’il soit Bruxellois ou non – qui profite d’une Ville qui bouge et qui vit.

Chaque année, j’accorde une importance particulière à rendre des budgets en équilibre, sans déficit. Il est primordial d’envisager ce budget en ayant comme absolue priorité les intérêts des citoyens. La Ville étant un des plus grands pourvoyeurs d’emplois de la Région de Bruxelles-Capitale, il est essentiel de maintenir la moyenne de son niveau et d’envisager des moyens pour créer de nouveaux emplois. Ce challenge, nous le rencontrons à la Ville de Bruxelles et sans qu’il y ait de dépassement de budget !

A côté du budget, les Finances ce sont aussi des taxes. Les plus importantes sources de recettes sont les additionnels au précompte immobilier et à l’impôt sur la personne physique. En tant qu’élu socialiste, je considère que le capital doit être plus taxé que le travail : l’additionnel à l’impôt sur la personne physique est d’ailleurs l’un des plus bas de notre Région.

De par mon rôle d’Echevin des Finances, je plaide pour une Ville toujours plus juste, plus ouverte et plus accueillante. Les défis de cette vision sont relevés à concurrence d’un budget à l’équilibre.

Au Tourisme

Bien sûr nous avons eu le lockdown en 2016, mais néanmoins le tourisme demeure un pôle essentiel pour le développement économique bruxellois. Au cours des 10 années qui ont précédé les tragiques événements, nous avions doublé le chiffre de fréquentation. L’impact positif sur la création d’emplois s’en est très nettement ressenti. Avec Visitbrussels nous proposons aux touristes d’exploiter au mieux leur passage à Bruxelles en fonction de la durée de leur séjour. Beaucoup sont attirés par nos atouts patrimoniaux, pittoresques, folkloriques ou gastronomiques ; il faut bien sûr y ajouter le tourisme événementiel qui nous amène des foules considérables. Les Plaisirs d’Hiver avec ses 2.500.000 visiteurs au compteur de la dernière édition, Bruxelles les Bains, le Brussels Summer Festival, ou encore des expositions ‘grand public’ comme Harry Potter sont autant de motivations de rejoindre Bruxelles. Ceci étant, si l’on peut se réjouir de pareils bilans, il est primordial que les manifestations qui attirent les grosses foules ne soient pas source de trop d’inconfort pour les citoyens. Il est vrai que la majorité des événements se déroulent au sein du Pentagone, mais le Bruxelles que nous planifions pour demain permettra aussi de diriger les événements à forte fréquentation vers d’autres sites d’envergure actuellement en développement.